Quel conseil donner à mes clients concernant leur choix de ne pas mettre leurs embarcations à l’eau, aussi longtemps que la crise persiste ?

Il y a présentement beaucoup d’incertitude quant à la date du début de la saison de navigation. Certains  propriétaires d’embarcations risquent  d’être tenté de ne pas renouveler leurs polices maritimes, y voyant le potentiel de réaliser une économie. La dernière chose que vous Il ne faut pas céder à la panique en annulant tout de suite leurs polices maritimes parce que les embarcations sont quand même assujetties à de nombreux risques terrestres comme le vol, feu, et vandalisme.

À qui mon client devrait s’adresser pour trouver des solutions en ce qui concerne la continuité de leurs polices maritimes pendant la crise ?

Nous suggérons qu’avant que les assurés décident de résilier leurs polices, de parler directement avec leurs courtiers à propos de la possibilité de les garder en force pendant que leurs embarcations sont en désarmement. Il est possible que sa prime soit réduite temporairement, mais la décision finale reste à la discrétion des souscripteurs.

Comment la crise affectera-t-elle le transport régulier des biens appartenant à mes clients ?

Un impact fort qui pourrait toucher les clients de la niche Marine Commerciale est la détérioration des biens périssables, que ça soit par la voie maritime, aérienne ou terrestre.

 

-Lorsque les biens arrivent à leur destination finale, le risque augmente qu’ils soient refusés à cause de mesures plus strictes mise en place par les autorités portuaires.

 

– Les avions peuvent connaitre les même difficultés en étant retenus plus longtemps sur les pistes.

 

– En ce qui concerne les trains et les camions, il y a une forte probabilité que leurs entrées aux frontières terrestres soient tout simplement refusées.

 

A cause de ces ralentissements, les biens périssables sont plus à risque d’être détériorés. Par exemple, les fruits et légumes peuvent dépasser la période maximale pendant laquelle ils peuvent rester en conteneur sans détériorer. Il en est de même pour les biens réfrigérés et congelés. Plus ils restent en transit, plus le risque de rupture de la chaine du froid est important.

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×

desktop
small-desktop
tablet
mobile
mobile-small